Je vous ai dit tout à l’heure que seule la sphère privée m’intéresse. Il faut que je revienne là-dessus. Je veux dire par là que, si l’on veut bien y prêter attention, on ne peut manquer d’en arriver à la conclusion que tous les soi-disant grands événements historiques doivent en vérité être rapportés à un ou plusieurs facteurs en rapport avec la vie privée de ceux qui en sont à l’origine. On ne devient pas pour rien, c’est-à-dire sans une motivation d’ordre privé, général en chef ou anarchiste, socialiste ou réactionnaire ; et toutes les actions, grandes, nobles ou viles, qui ont changé le monde d’une certaine façon, sont les conséquences de quelques événements tout à fait insignifiants et dont nous n’avons aucune idée.

Joseph ROTH, Confession d’un assassin racontée en une nuit (traduit par Pierre Deshusses, Editions Payot et Rivages, coll. Rivages poche, 2014)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.