Bello - Les éclaireursAprès avoir monté un à un les échelons du CFR, Sliv est à présent aux portes du Comex, le mystérieux comité exécutif qui veille sur les destinées du Consortium de Falsification de la Réalité. Pourtant, les changements internationaux ont redéfini l’engagement des agents de la puissante société secrète. Dans le monde post-11 septembre 2001, y a-t-il encore place pour une organisation comme le CFR? D’autant que depuis quelques temps, un mystérieux agent double semble sévir en son sein et servir de caution aux projets américains d’invasion de l’Irak de Saddam Hussein…

Digne suite des Falsificateurs, le roman poursuit la veine conspiratio-paranoïaque du volume précédent. J’ai trouvé ce deuxième volet moins ludique sans doute. Cela tient au sujet: les suites du 11 septembre 2001. Moins romanesque également, plus géo-politique, le récit est surtout un exposé, assez bien balancé sur le plan narratif, des essais de l’administration Bush pour convaincre les différents États représentés au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unis de la nécessité d’une intervention armée en Irak.

Au lendemain du 11 septembre en effet les récits les plus paranoïaques n’ont pas manqué de surgir ici ou là, symptôme de l’effroi éprouvé devant l’horreur du double attentat qui avait frappé New-York. A peu de distance de là, l’administration Bush a commencé à réunir des preuves, que tous s’accordent aujourd’hui à dire sans fondement, pour tenter de convaincre la communauté internationale des visées en matière d’armement de l’Irak dirigé par Saddam Hussein. Entre ces deux narrations, entre ces deux versions du complot, l’un fantasmé, l’autre réel, Antoine Bello joue assez subtilement du genre, retournant contre lui-même le motif populaire de la conspiration. N’oubliant pas que celui-ci s’enracine dans les société secrètes qui ont germé au XVIIIème siècle (je vous laisse découvrir comment!), qu’il fut repris au siècle suivant par les plus grands écrivains (L’Histoire des treize de Balzac s’en nourrit) et qu’il eut une certaine influence sur l’évolution du roman populaire, l’auteur montre aussi les enjeux de la question dans une époque dominée par le story telling et l’impossible quête d’une narration collective. Un projet tel que le CFR, être de fiction, rejoint ici la réalité. Car la question de sa finalité (sur laquelle Sliv finit par apprendre beaucoup de choses dans ce volume – mais je ne vous en révélerai pas plus!) pose celle de notre engagement dans le monde: l’action, la responsabilité ne sont bien souvent que des accessoires de la narration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.