McBain 1Au milieu d’une boutique de vins et spiritueux, le corps d’Annie est retrouvé, parmi les débris des bouteilles jonchant le sol. Un nouvel inspecteur, au nom improbable de Cotton Hawkes, est muté au 87ème district, pendant que Havilland, l’un des poids lourd de l’équipe, fait sa sortie, le corps troué de balles. C’est une double enquête qui commence, et la vie du commissariat qui continue…

Moins abouti dans sa forme que les précédents volumes de la série, ce cinquième épisode du 87ème District est l’un de ces moments de transition, comme il y en a dans toute série, surtout de l’ampleur de celle d’Ed McBain (plusieurs dizaines de volumes sur plusieurs décennies): un personnage important des premiers volumes fait sa sortie (Havilland, la brute corrompue du commissariat, mais un bon flic tout de même, apprécié de ses collègues); un autre (Cotton Hawkes) fait son entrée, menaçant par ses maladresses de laisser Carella sur le carreau, avant de racheter son droit à faire parti de l’équipe, en enquêtant en solitaire sur l’assassinat d’Havilland.

L’enquête principale est dans la veine assez classique du polar lorsqu’il tend vers l’étude de moeurs. Au centre de l’intrigue, la victime, Annie, qui a divorcé il y a peu, est une personnalité énigmatique, dont chacun de ceux qui l’ont approché offrent un portrait singulièrement différent. Chargés d’enquêter sur la mort de cette personnalité kaléidoscopique, les inspecteurs du 87ème district se retrouvent confrontés à une investigation qui les met successivement en contact avec la mère d’Annie; la petite Monica, sa fille, qui pourrait bien sans le savoir détenir la clé de l’enquête; Boone, son ex mari devenu un photographe renommé vivant dans les beaux quartiers d’Isola; Phelps, le propriétaire de la boutique de spiritueux dans laquelle Annie, son employée, a été tuée, et sa femme, une personnalité cynique engagée à ne pas laisser filer un mari qui collectionne les aventures sentimentales. Assez grinçant, le constat est celui d’une humanité ordinaire. Et le 87ème district, ce district où l’on collectionne toutes les blessures de la ville, confirme sa place particulière d’observation des maux et des modes de vie d’une grande cité moderne.

3 comments on “Ed McBAIN: Victime au choix (87ème District, 5)”

  1. Non et certainement pas dans l’ordre! Et à une époque où le roman policier était considéré comme un genre inférieur! Mais il y a longtemps de cela et c’est surtout d’un atmosphère dont je me
    souviens, de sa vision de la société américaine, de Carella et de son bel amour pour sa femme.

  2. Mc Bain, un auteur que j’ai beaucoup lu, assez pionnier dans ce genre de polar qui suit un personnage (Carella d’ailleurs fort sympathique) et ses collègues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *