Née à Venise, Giulia Andreani est une jeune artiste italienne qui s’est installée et qui travaille à Paris. Pensionnaire de la Villa Médicis à Rome en 2017-2018, elle est, ces mois-ci, au centre d’une assez riche actualité artistique: après Labanque de Béthune et la galerie Max Hetzler à Paris, c’est le musée de Dole, dans le Jura, qui propose une exposition monographique de l’artiste.

Exposition passionnante… J’ai beaucoup aimé cette peinture au croisement de l’aquarelle et de la photographie. Peintre figurative, Giulia Andreani interroge en effet dans ses tableaux la présence des femmes dans l’Histoire, ou plutôt leur effacement. Sa technique, de grands monochromes, où dominent les différentes nuances du gris de Payne, cette non couleur bleutée tout juste bonne habituellement à assombrir la palette de l’aquarelliste, pointe à la fois les « travaux de dames » (l’aquarelle justement, la broderie…), tous ces formes mineures, dans lesquelles on a longtemps enfermé l’activité artistique des femmes, et donne à ses compositions, créés le plus souvent à partir d’icônes photographiques, cette unité de la matière peinte qui fait de l’art de Giulia Andreani tout autre chose qu’un art conceptuel. Le portrait, la peinture d’Histoire retrouvent ainsi chez elle une forme de vitalité qui n’est pas sans poser non plus la question, d’une manière sensible, de cet autre effacement dont l’art contemporain se fait souvent le véhicule: celui de la figuration, et même tout simplement de la possibilité d’une telle figuration, tant celle-ci convoque de signes, de discours dont nous avons désappris à faire parler les images.

Dans ses vastes fresques, le collage domine, donnant aussi un air d’étrangeté à des représentations parfois provocatrices: Ainsi La gifle, toile saisissante qui associe l’image d’une lanceuse de disque participant à une compétition sportive en Palestine en 1937 et celle d’un athlète lors des jeux olympiques de Berlin de 1936 façonnée par Leni Riefenstahl, associée à la propagande du IIIe Reich.

La gifle

Mais ce sont ses portraits qui m’ont le plus touché – car il s’agit bien là d’un art qui sait toucher encore, jusque dans ses revendications féministes, politiques. Un art qui touche et qui émeut? Voilà une conception bien peu moderne de l’art penseront peut-être certains. Dans son rapport à la photographie, l’un des mérite de Giulia Andreani est justement de savoir refuser de se faire enfermer dans une conception aussi restrictive de l’art. Et c’est tant mieux.

Giulia Andreani. La cattiva. Du 4 octobre 2019 au 2 février 2020. Au Musée des Beaux-Arts de Dole (Jura)

2 Comments on Giulia Andreani. La cattiva

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.