Mois : juin 2017

Juin au jardin – le jeu des charades

Suite de mon mois de juin au jardin. Après Nemesis d’Agatha Christie, place à des bouquets de roses, des parterres colorés, la douce odeur du chèvrefeuille.  J’ai installé des chaises longues. Disposé des rafraîchissements. Et pris le prochain livre au-dessus de la pile. Qui saura découvrir l’auteur, et le titre?

Mon premier est un prénom féminin chanté par Serge Gainsbourg.

Mon deuxième est l’autre nom d’animal

Mon troisième est une forme de de prussien

Mon quatrième est une interjection allemande

Mon cinquième est une ville du sud de la France

Mon tout est le nom d’une écrivain anglaise plusieurs fois accueillie dans ce blog.

Le titre est trop facile… quand vous aurez trouvé l’auteure.

Reponse ce week-end

 

 

Agatha Christie: Nemesis

Il y a quelques années, Miss Marple a rencontré Jason Rafiel, lors d’un voyage aux Antilles. Ensemble, ils ont enquêté sur une affaire dangereuse. Jason Rafiel vient de mourir. Et c’est une étonnante demande que celui-ci lui envoie de manière posthume: élucider un meurtre sans aucune indication ni de lieu ni des personnes en cause. Embarquée tous frais payés pour un voyage sur le thème des Demeures & Jardins, miss Marple découvre peu à peu l’objet de sa mission.

J’ai décidé, comme je le disais dans mon précédent billet, de passer le mois de juin au jardin. Quoi de mieux qu’une belle collection de jardins anglais distribués façon puzzle pour commencer? A partir d’une trame astucieuse (une détective découvre l’affaire sur laquelle elle enquête au fur et à mesure de ses investigations), Agatha Christie a écrit un roman divertissant. Comme toujours, il ne s’agit pas du polar du siècle.  Mais j’avoue avoir un petit faible pour Jane Marple, qui fait que je passe toujours un bon moment en sa compagnie.

Juin au jardin

Juin au jardin

Je rassure d’emblée ceux qui seraient passés par ici et auraient cru y trouver porte close. Ou se seraient alarmés  de la date de ma dernière chronique. Mais il en est de ce blog comme de tous les carnets de lecture, qu’on traîne partout avec soi, mais que parfois aussi on néglige. Cela fait donc deux mois, oui bientot deux mois que je suis resté sans ouvrir ce carnet.

Je dois avouer que je me nourris parfois de ces éloignements.  Deux mois sans fiche, sans notes, à pratiquer une autre forme de lecture, sans trame, sans rendez-vous. Bien sûr, ces mois ne sont jamais des mois sans livres. J’ai seulement parfois besoin de lire sans écrire. Et ces deux mois-ci auront été des mois pour lire, au hasard des dispersions et des butinâges.

Je reviens à mon petit carnet plein d’images et d’odeurs. Il y a d’abord eu cette exposition au Grand Palais (Jardins), visitée au retour d’un voyage en Italie. Puis de grandes virées dans les bois, avec parfois aussi le cours d’un ruisseau, quelques belles cascades comme on en trouve par chez moi. De grandes brassées de fleurs, que j’ai pris plaisir parfois aussi à dessiner. Un petit tour dans ma bibliothèque, puis dans celle de ma ville. Et j’ai vu peu à peu le motif se construire.

Je passerai donc juin au jardin. A lire sur et dans les jardins. J’ai réuni déjà tout un petit tas de livres, le plus souvent glanés, accumulés au cours des années.  Ma bibliothèque en est pleine, je n’imaginais même pas en avoir autant,  preuve sans doute que le sujet est là en moi depuis bien longtemps. Cela vous aussi vous amuse?

Suivez moi ce mois-ci au jardin. Mais procédons par ordre! Et pourquoi pas quelque divertissement, comme on en pratiquait autrefois dans les jardins? Aujourd’hui, je vous propose que nous jouions au jeu des devinettes:

Sur le sommet de ma pile, j’ai pris le premier livre. Une couverture défraîchie, entre les feuilles un trèfle.  Cela sent le chèvrefeuille quand on tourne les pages. Dans un petit village. Une vieille anglaise, qui se pique de conduire des enquêtes. Et se prend même parfois pour une figure du destin. Alors qui saura retrouver et l’auteur et le livre?

Réponse ici même dans deux ou trois jours.

Juin au jardin