Il y a bien des chemins dans la blogosphère. Le mien m’a conduit ce premier juin, au commencement de ce billet, où ce n’est pas sans une certaine appréhension que je reprends la plume pour vous conter un nouvel épisode du Voyage au centre de ma PAL. Ceux qui ont suivi les premiers developpements de mes aventures extraordinaires savent quels territoires fabuleux se cachent au coeur mystérieux de ma Pile de livres A Lire. Vous en avez suivi l’exploration patiente. Vous avez découvert quels paysages se dissimulent, un fois tourné au coin d’une pile de poches, deux grandes colonnades de pléiades passées et que suivant le cours tumultueux d’un torrent d’Omnibus jusque dans les profondeurs d’un fond d’étagère s’ouvre devant le regard émerveillé de l’explorateur le pays fabuleux dans lequel j’accumule les livres à lire sans discernement depuis des années à chaque retour de mes virées en librairie. Oui, cela fait déjà bien longtemps que ma PAL n’est plus la sage étagère au coin de mon lit de mes jeunes années. La voilà devenue un être à part, une accumulation de paysages, un empire expansionniste qui jour après jour prend possession de mon appartement et s’y construit le plus beau territoire de terres de fantaisie que l’imagination n’ait jamais rêvé. N’écoutant que mon courage, j’ai entrepris il y a quelques temps l’exploration de ce pays fabuleux. Il faudra un jour que je fasse la carte de ces royaumes. Je réserverai alors une place toute particulière à l’un des endroits sans doute les plus charmants de ces contrées, le Village anglais, où se tient grande fête chaque année, sous le haut patronnage des Dames Lou, Titine et Cryssilda

english-village

Le village anglais

Il faut cependant que je vous fasse le récit de cette année passée. Une année riche en péripéties surprenantes. Convaincu que mon histoire contiendra tant de faits étonnants que ce n’est pas sans peine qu’elle passera pour autre chose qu’un produit de mon imagination pour tous ceux qui la ouiront. En ce premier jour du mois anglais 2015, je devais toutefois rappeler l’enchaînement de hauts faits menaçants, l’accumulation d’adversités qui faillirent bien avoir raison de ma présence parmi vous.  En effet, vous aurez peut-être remarqué mon absence de presque un an sur mon blog et sur les vôtres, une absence brutale, non préparée, dont je tremble aujourd’hui encore de rappeler les épisodes.

J’avais passé pourtant le mois de juin de l’an passé, comme il se doit, au coeur de ce Village anglais. En juillet, je me deplaçai jusqu’en ces Terres d’Avignon dont depuis plusieurs années j’avais minutieusement exploré le chemin en reconnaissance. En août, suivant là encore comme chaque année le rituel de mes étés je me rendis dans ces contrées de Germanie où je passe trois à quatre semaines de vacances studieuses, à préparer les lectures, les études, les commentaires auxquels je consacre l’essentiel de ma vie civile. C’est à mon retour que tout a mal tourné. D’abord, j’eus la surprise de constater que mon blog avait été brutalement déménagé sans préavis sur la plateforme nouvelle de l’hébergeur où j’abritais alors le recit de mes petits voyages dans les livres. Puis je vis les bas côtés de mes explorations envahis d’une foultitude de messages vulgaires. Comprenant ce que le monde était en train de devenir sous la pression d’intérêts prosaïques, je refusais de jouer le jeu plus avant et m’armant  une fois de plus des instruments qui m’avaient offert tant de fois le secours de leur existence ( j’entends un bon fauteuil, une théière et un coin écarté au coin de la fenêtre) je pénétrai une fois de plus, mais sans être certain cette fois-ci d’en revenir, jusqu’au coeur le plus mystérieux de ma PAL.

Pal - terres d'avignon

Les Terres d’Avignon

Oh, j’y ai vu bien des choses. J’ai connu d’étranges territoires. En octobre, j’abordais en compagnie d’un vieil auteur américain, qui se faisait appeler Ed McBain ( j’ai toujours pensé que c’était un pseudonyme), une cité de crimes et de misère où je suivis pendant plusieurs semaines la vie d’un commissariat. J’avais déjà raconté quelques unes de ces journées auparavant. Il faudra que je vous fasse le récit prochainement de ces quelques semaines. Puis j’accompagnais mon vieil ami Henry James qui me fit découvrir bien des histoires encore: j’ai commencé à rapporter ce qu’il me rapporta alors. Je retournai un vieux royaume de Philosophie, l’un des territoires les plus anciens de ma PAL, où Montaigne et Bergson m’abritèrent quelques temps. Je suivis le cours sinueux du fleuve des Désirs où naviguait un certain Casanova, un vénitien fantasque en qui j’appris à reconnaître un esprit épris de liberté et qui me raconta la souffrance qu’il éprouvait à être confondu avec Dom Juan, dont il méprisait le nihilisme. Je visitais toute une série de microroyaumes peuplés de livres précieux fabriqués patiemment par des éditeurs courageux chez qui le goût de la bonne littérature est brandie comme un étendard. Je vous parlerai un jour aussi des belles rencontres que j’y ai faite, et comment un auteur polonais de grand talent, Adolf Rudnicki, m’y servit de guide.

James (Henry)

Mon vieil ami Henry James

J’aurais pu ne jamais en revenir ! Ce sont mes fidèles amis du mois anglais qui m’ont ramené à une position moins intransigeante, me rappelèrent le plaisir des conversations d’autrefois avec Titine, avec ClaudiaLucia, avec Denis, avec Lou, avec Ellettres, avec Romanza, avec Fondantochocolat, avec Karine:), avec Mior, avec missycornish (que tous ceux que j’oublie m’excusent. Ils ont leur place aussi dans la longue liste de ceux qui me ramenèrent à la vie bloguesque).

Bon mois anglais à tous!

LC - le mois anglais

14 Comments on Voyage au centre de ma PAL (7): le mois anglais, saison 4

  1. Quel plaisir de retrouver ton voyage dans ta PAL ! Tu sais à quel point j’aime lire les billets qui te plongent dans les méandres de tes piles de livres. Je suis vraiment ravie que tu aies réussi à revenir parmi nous et notamment pour le mois anglais.

    • Ce fut un voyage périlleux, certes☺. J’en reviens plein d’aventures à raconter. Mais ce sera après ce mois de juin tellement mes compagnons du village anglais frétillent sur leur étagère !

    • J’ai l’intention d’être bien présent ce mois-ci. Et merci encore pour l’organisation de cet événement qui, à parcourir la blogo, est en passe de devenir considérable!

    • Oui, c’est un vrai retour. Je suis resté plongé tout la soirée dans un Thomas Hardy que je ne désespère plus de finir pour la LC de demain. Allez, « plus que » 150pages! ☺

      • Oui, et maintenant que je suis chez moi, et que c’est moi qui choisis ce qui s’affiche ou pas (exit la pub), je sens que l’aventure bloguesque ne va plus cesser de si tôt ☺

  2. Quel voyage! En effet, tu vas en avoir des aventures à nous raconter!
    Ed Mc Bain que j’ai beaucoup fréquenté, écrivait sous plusieurs pseudonymes si mes souvenirs sont bons.
    Moi aussi j’ai connu un déménagement de blog dans le temps et j’en garde un mauvais souvenir, transférer tous les articles d’un blog à l’autre, quel travail!

    • Le déménagement a été un peu laborieux en effet, mais le résultat vaut vraiment cet investissement de temps. Et puis il y a le plaisir recouvré de discuter avec les fidèles…

  3. Il est super chouette ton logo le mois anglais. Je voulais m’insrire au challenge des filles mais j’ai pas bien compris si on peut lire et chroniquer des romans qui sortent des directions imposées pour le défi. Est-ce qu’on peut participer tout simplement si on on parle d’un auteur qui est de nationalité britannique? Si c’est le cas je posterai un billet sur les quatres plumes blanches et loin de la foule déchaînée. Je suis allée voir le film hier soir, il faut sortir les mouchoirs, c’était beau! Allez bisous! Contente de te revoir sur la blogosphère.

    • En fait, il s’agit de tout ce qui est anglais (pas écossais, ni gallois, ni irlandais) ou a rapport à l’Angleterre. Les quatre plumes blanches donc ou Loin de la foule déchaînée (qui ravit ces jours-ci toute la blogosphère), c’est bon.
      Je n’ai pas vu le film encore. Au début, je n’avais pas très envie d’y aller. Mais ce que j’ai lu depuis me semble aller dans le sens d’une interprétation assez fidèle de ce que j’aime chez Thomas Hardy. Ce déplacement du roman au cinéma m’intéresse. Je pense que j’irai le voir ce week-end.
      Je serai content en tout cas de lire tes billets là-dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.