J’ai cédé dernièrement de nouveau à ma passion, qui consiste à mener la lecture de plusieurs livres de front, en commencer 3 puis 5, puis 10, puis 20, sans jamais rien finir, mais qui permet, en obéissant à un ordre très rigoureux de la progression, de toujours aller de l’avant. Il y le livre que je lis le soir, avant de dormir (Matthias Sandorf de Jules Verne, parce que je n’avais pas envie de laisser retomber le filon aperçu avec l’ouvrage critique de Tadié dont j’ai parlé récemment), celui que j’étudie (Leibniz), celui que je n’oublie pas, mais qui est resté bien trois semaines sur ma table (Andric), celui que je viens de commencer et que j’aurais vite fini au rythme d’une heure chaque matin (Antonio Munoz Molina: Fenêtres de Manhattan). Il y a aussi tous ces textes d’histoire, de sciences humaines, de critique et histoire littéraires dont j’ai dévoré la moitié, et que j’ai abandonné, parce qu’ils ont été remplacés bientôt par de nouveaux textes d’histoire, de sciences humaines, de critique et histoire littéraires tout aussi passionants. En même temps, je picore, ici ou là: quelques pages de Sand, une nouvelle de James, un peu de littérature anglaise aussi, mais  jamais rien de fini. Enfin, et j’en reparlerai peut-être un de ces jours, les souvenirs parisiens de De Amicis, que je lis en italien, grâce à ce magnifique objet que je viens de me procurer, une liseuse, ou un liseur comme vous voulez, un livre électronique, cyberbook, e-book, cybook, qui me permet de lire, avec le confort d’un vrai livre, grâce à son principe de papier et d’encre numériques tout ce que depuis des années j’ai téléchargé ici ou là, sans jamais pouvoir poursuivre ma lecture plus d’une heure sur l’écran de mon ordinateur. Le problème, c’est que pour rajouter une note dans cette bibliothèque, il me faut avoir fini un livre. Et depuis quelques temps, de livre, je n’en finis point!

1 Comment on Inflation

  1. Tu ne lis pas les livres, tu les dévores littéralement, Cléanthe. Serais-tu une LCA (Lectrice Compulsive Anonyme) qui s’ignore ? A moins que ce soit le bonheur que l’on éprouve à commencer plusieurs livres et à les terminer en prenant son temps ? Je suis un peu comme toi, par période …

Répondre à Nanne Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.