Archives de
Author: Cléanthe

Lire un livre

Lire un livre

« Lire un livre, c’est presque aussi passionnant que d’écouter parler l’homme qui l’a écrit. C’est encore meilleur, dans un sens, parce qu’on n’a pas besoin d’être poli avec lui. On peut le faire taire quand on le veut en fermant le livre et en en prenant un autre. Et l’on peut ôter ses souliers et mettre les pieds sur la table. » Fredric BROWN, La nuit du Jabberwock

Alexandre KOUPRINE: Le Bracelet de grenats

Alexandre KOUPRINE: Le Bracelet de grenats

Fin de saison, au bord de la mer Noire. Pour célébrer sa fête, la princesse Vera Nicolaïevna Cheïne a convié chez elle à dîner des membres de sa famille ainsi que quelques connaissances. A la fin du repas, un petit paquet lui est apporté accompagné d’une lettre signée d’un mystérieux G.S.J… Une fois n’est pas coutume, mes impressions passeront ici avant toute autre analyse de cette histoire touchante. Oui, j’ai adoré le récit d’Alexandre KOUPRINE, auteur que je ne connaissais…

Lire la suite Lire la suite

Fin de villegiature sur la Mer Noire

Fin de villegiature sur la Mer Noire

« Vers la mi-août, la nouvelle lune amena brusquement une affreuse période d’intempéries comme seules en connaissent les côtes septentrionales de la mer Noire. Tantôt, pendant des journées entières, un épais brouillard couvrait la terre et la mer, et l’énorme sirène du phare beuglait, nuit et jour, tel un taureau furieux. Tantôt, d’un matin à l’autre, tombait sans interruption une pluie fine comme de la poussière d’eau, changeant les chemins et les sentiers argileux en un épais bourbier où s’enfonçaient désespérément…

Lire la suite Lire la suite

Joseph Roth: La Légende du saint buveur

Joseph Roth: La Légende du saint buveur

Ancien mineur polonais, Andreas a fini sous les ponts de Paris. Un soir, le clochard croise un monsieur bien vêtu, qui lui remet une somme de 200 francs en échange de la promesse de les déposer dès qu’il pourra auprès de la petite Sainte Thérèse lors de la messe du dimanche à l’église des Batignolles… Honnête bien que sans-abri, comme il le dit lui-même,  Andreas n’aura de cesse de ramener l’argent qui lui a été prêté. Cependant, avant que dimanche…

Lire la suite Lire la suite

En face de sa chaise, il y avait un miroir

En face de sa chaise, il y avait un miroir

« Il était assis, donc. En face de sa chaise, il y avait un miroir et il ne put s’empêcher de considérer son visage. Ce fut comme s’il se voyait pour la première fois. Il fut terrifié, en tout cas. Il comprit pourquoi, ces dernières années, il avait eu si peur des miroirs. Car ce n’était pas une bonne chose de voir de ses propres yeux sa déchéance. Tant qu’on n’était pas forcé de voir son visage, c’était presque comme si…

Lire la suite Lire la suite

Nancy HUSTON: Poser nue

Nancy HUSTON: Poser nue

Jeune femme, au sortir presque de l’adolescence, Nancy Huston a été modèle pour des artistes. Une expérience partagée entre le modèle et l’artiste. Entre la tension de la co-création et la soumission au regard, à des poses imposées tenues parfois pendant de longues minutes, dans l’ambiguïté singulière de se savoir regardée, scrutée, peut-être désirée même. Temps singulier que celui de la pose qui renvoie à l’être-corps, à l’être-femme et à la possibilité de l’émancipation du regard par et peut-être contre…

Lire la suite Lire la suite

Le modèle

Le modèle

Dans une nouvelle de Bernard Malamud intitulée Le Modèle, un retraité qui avait peint dans sa jeunesse demande à une agence de lui envoyer un modèle. La séance se passe mal; l’homme est de plus en plus troublé; la femme finit par se lever et lui lance: « J’ai sincèrement l’impression que vous ne m’avez pas peinte du tout. Du reste il me semble que ce n’est pas la peinture qui vous intéresse. Ce qui vous intéresse, c’est de laisser vos…

Lire la suite Lire la suite

Le prix de la sueur des hommes

Le prix de la sueur des hommes

La vie de ce blog a ceci de singulier qu’alors que je promettais il y a déjà plusieurs mois un retour régulier par ici, voilà que quelques grandes lectures estivales m’ont conduit de nouveau à négliger ce petit carnet. Pourtant ces écritures régulières me manquent. Dans l’éloignement je sens de plus en plus comment, en m’obligeant à preciser mes impressions, les notes collectionnées contribuent à la trace laissée en moi par mes lectures. Le désir d’enchaîner rapidement plusieurs livres, quelques…

Lire la suite Lire la suite