Le jeune Don Juan Belvidéro est un joyeux jouisseur de Ferrare. Au cours d’une nuit de débauche, un serviteur vient annoncer à don Juan que son père se meurt. Le jeune homme se rend auprès du vieillard, qui lui annonce le fruit de vingt longues années d’études: il a découvert un élixir de longue vie dont il suffira au fils d’enduire le corps du père après sa mort pour le ressusciter…

Avec cette nouvelle écrite dans le style des récits effrayants de 1830 et du fantastique exubérant d’E.T.A. Hoffmann dont le goût se répandait en France, Balzac signe un de ces petits trésors caractéristiques d’une œuvre décidément bien riche.

La nouvelle est elle-même assez complexe si on considère comment Balzac y croise deux motifs: le thème de l’élixir d’immortalité et l’histoire de Don Juan, qu’il complique à loisir, dans un jeu virtuose et divertissant avec les références et lieux communs du fantastique qui n’est pas sans rappeler la manière d’Hoffmann justement.

L’élixir de longue vie découvert par le vieux Belvidéro – en fait un élixir de résurrection – place celui qui veut en profiter sous la dépendance d’autrui. Découvrant un peu trop tard, c’est-à-dire au terme de sa vie, que son fils entend bien voir son père mourir, le vieux Belvidéro en sera la première victime. Victime aussi, Don Juan, bien sûr, malgré toute l’application mise à préparer son propre fils à la tâche – mais on ne se joue pas indéfiniment du destin! Surtout lorsque celui-ci tient dans le flacon fragile d’une liqueur précieuse…

Le motif de la mort naturelle d’un père qui, parce que l’immortalité que son fils pourrait lui donner lui est refusée, est vécue comme un assassinat donne à la nouvelle l’un de ces développements macabres caractéristiques du fantastique noir avec lequel Balzac ici joue de façon espiègle. Versant un goutte d’élixir dans l’œil du vieux Belvidéro qui brille brusquement d’une nouvelle jeunesse, Don Juan s’empresse de saisir un linge pour écraser cet œil. L’acharnement sur le corps du père afin de s’assurer qu’il est bien mort ne cesse qu’une fois un lourd monument construit pour peser sur sa tombe – signe qui sera pris par tous comme une manifestation de piété filiale, dans un retournement ironique qui est l’envers ricanant du fantastique macabre!

Don Juan, sa révolte contre le sacré naissent de ce « crime » initial. Bon lecteur du mythe, Balzac en effet a vu en don Juan l’athée avant le coureur de jupons. Ce qui ne l’empêche pas à son tour de jouer avec le mythe, dans une fin alternative -et délirante!- qui n’est pas le moins plaisant de ce récit décidément bien curieux.

La nouvelle commence et finit dans une théâtralité assumée: la scène d’orgie initiale, la scène de canonisation finale d’un don Juan à demi-ressuscité dans une cathédrale grimée en un pandemonium satanique sont deux moments forts d’une nouvelle que je n’ai pas pu ne pas rapprocher à la lecture, pour mon plus grand plaisir, de certaines scènes du cinéma de Fellini.

Bref, cette LC de Balzac, entreprise avec Maggie offre, une fois de plus, l’occasion de se plonger dans l’œuvre d’un écrivain décidément bien divers et riche en impressions différentes. Encore un grand texte donc, que j’avais négligé à tort jusque là. Prochains rendez-vous le 23.03 avec Pierre Grassou et le 23.05 avec Melmoth reconcilié.

22 Comments on Honoré de BALZAC: L’Élixir de longue vie

    • Cela faisait un moment que je voulais me lancer plus avant dans la lecture de Balzac. Ces lectures communes sont une bien agréable occasion de la faire. 🙂

  1. les nouvelles de Balzac c’est chaque fois un monde à explorer
    Quel virtuose et quelle richesse
    je n’arrête pas d’en découvrir et je n’ai pas fini car ça représente deux volumes en quarto !!

    • Balzac joue avec le mythe, qu’il réécrit à la fois à la manière d’Hoffmann et qu’il tire aussi du côté de ses propres préoccupations, celle de l’argent, de l’héritage en particulier.

  2. Je l’ai lu mais mon billet est hyper succinct, car il s’agissait d’un recueil de nouvelles. Ceci dit, j’y vois beaucoup d’enthousiasme. Ton billet met bien plus à l’honneur le talent de Balzac, qui est très bon dans le fantastique.

    • Je me souvenais de « La peau de chagrin », lu il y a bien longtemps, que j’avais beaucoup aimé. Mais cette nouvelle est encore plus étonnante. Je vais continuer à explorer l’œuvre fantastique de Balzac, je crois…

  3. C’est vrai, Balzac est décidément inépuisable – et il me semble l’être d’autant plus que je l’ai finalement très peu lu. Cette nouvelle-là me tente beaucoup, tant pour le fantastique que pour le jeu autour du mythe de Dom Juan que je trouve passionnant.

  4. Tu piques ma curiosité ! J’aime beaucoup ce genre de récit, et je m’étais régalée avec Hoffmann et ses contes nocturnes que je me promets de relire depuis longtemps. Je n’ai pas beaucoup lu Balzac et j’aimerais profiter de 2019 pour ce faire !

    • C’est un Balzac étonnant, proche d’Hoffmann, en effet, même si les thèmes balzaciens sont bien là (la spoliation, y compris des désirs, l’héritage, et bien sûr les questions d’argent), qui devrait te plaire.
      Sinon, tu peux aussi te joindre à nous pour ces lectures communes de Balzac: des textes courts à chaque fois, qui permettent de redécouvrir la richesse de l’auteur.

  5. Devant tant d’enthousiasme, je m’en voudrais de ne pas reprendre plus avant mes (re)lectures des nouvelles de l’Honoré travailleur, forcené de l’écriture. Cet « Élixir », un peu étonnant, me conviendra.

Répondre à Lili Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.